AM i NORMAL (?)

 

Le fond et la forme de cette web série très réussie m’ont enthousiasmé pour plusieurs raisons.
Son concept est simple : recueillir à distance la parole décomplexée d’individus de tous sexes et de tous âges sur quelques prétendus désordres psychologiques répertoriés dans la “Bible de la psychiatrie” (le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux ou DSM), laquelle a gonflé depuis sa première édition en 1952 de 137 à près de 1000 pages. Les inquiets auront plaisir à entendre répéter par le docteur Allen Frances que la psychiatrie a une fâcheuse tendance à être exercée par des médecins généralistes, à sur-diagnostiquer, à inventer pléthore de troubles à la définition fourre-tout, à sur-prescrire toutes sortes de médicaments (anti-dépresseurs en tête) au profit direct de l’industrie pharmaceutique mondialisée.
La trame narrative, la mise en scène et l’hétérogénéité visuelle de cette série disent quant à elles beaucoup de notre époque de psychose collective, l’hyperconnexion, des confinements répétés, des relations dématérialisées, de l’anxiété systémique, de la transition accélérée de l’humanité vers un futur toujours plus improbable mais loin d’être désespérant, si l’on parvient à le regarder avec malice et autodérision.
L’écran est souvent divisé en fenêtres de visioconférences, les interviewés peuvent s’y répondre symétriquement, l’autrice et ses interlocuteurs livrent beaucoup d’eux-même sans voyeurisme ni égocentrisme, de nombreuses micro-animations, telles des ponctuations exclamatives, jalonnent chaque épisode pour rythmer, illustrer, suspendre, distancier les propos.
Ces petites illustrations animées sont, pour la plupart, des boucles d’animation au format GIF. Un mode d’expression devenu une sorte de langage en soi, dont les adeptes des “réseaux sociaux” et autres messageries instantanées raffolent.

Les 8 épisodes d’AMiNORMAL (“suis-je normal ?”) sont diffusés sur arte.tv jusqu’en décembre 2024.
Les regarderons-nous dans deux ans comme des portraits visionnaires ou avec nostalgie ?

 


Titres et sujets des épisodes

Épisode 1 : Comment booster sa libido ?
DSM : “Trouble de l’excitation sexuelle chez la femme”
Épisode 2 : Comment s’aimer à distance ?
DSM : “Addiction à l’Internet”
Épisode 3 : Comment Papi et Mamie sont devenus hyperactifs ?
DSM : “Trouble du déficit de l’attention et de l’hyper-activité (TDAH)”
Épisode 4 : Comment survivre à ses règles ?
DSM : “Trouble dysphorique pré-menstruel”
Épisode 5 : Comment se réconcilier avec la nourriture ?
DSM : “le binge eating” ou hyperphagie (consommation compulsive de nourritures en quantité importante)
Épisode 6 : Comment vivre avec un collectionneur compulsif ?
DSM : “l’accumulation compulsive” ou syllogomanie
Épisode 7 : Comment draguer quand on est timide ?
DSM : “l’anxiété sociale”
Épisode 8 : Comment endormir son enfant ?
DSM : “le trouble des cauchemars”

 

Parmi les illustranimateurs internationaux cités graphiquement dans la série :
Lisa Rock
Alice Duranti
Pierre-Julien Fieux
Laurène Boglio
Min Liu
Sherchle
Amélie Fontaine
John Corsi
Jimmy Arca
et beaucoup d’autres.

 

 

Mika Orr (à gauche) et le Dr Allen Frances

 

 

 

anima