Animation et “nouvelle révolution industrielle”

nervous_system01

En résumé :
1° l’animation contamine tous les espaces culturels, médiatiques, commerciaux,
2° elle s’affranchit plus radicalement de la caméra, du film, de l’écran,
3° elle puise dans ses origines pré-cinématographiques les moyens de valoriser les créations (artistiques, technologiques, industrielles, …) les plus innovantes.
Autrement dit, elle répète indéfiniment sa propre Histoire en s’adaptant aux enjeux de son époque.

Voici un nouvel exemple que l’utilisation du zootrope et des GIFs animés pour tester/prototyper/valider/communiquer la conception de sculptures cinétiques à base d’impressions 3D inspirées par la structure et le développement complexes des systèmes nerveux, végétaux et animaux. Comme un écho à ce qu’il faut bien se résoudre à reconnaître comme “la révolution en cours du mode de pensée humain”, ni plus ni moins. Certes, on en n’est encore qu’aux balbutiements, cantonnés à des applications à visée productiviste, mais si on comprend que la relation de l’homme à l’objet ne sera bientôt plus réduite qu’à une machine d’usinage individuel personnalisé, on entrevoit alors la perspective vertigineuse de notre futur proche.

La société Nervous System combine la recherche scientifique, l’imagerie numérique, les mathématiques et la fabrication assistée par ordinateur pour explorer un nouveau mode de production, du design à la confection. Au lieu de dessiner les objets à concevoir, elle développe des programmes de computation (graphismes et modélisations virtuelles générés par le code informatique, pour faire court) qui génère des quantités de formes esthétiques aussi originales qu’intimement familières. Ces formes sont matérialisées grâce aux techniques de prototypage et de façonnage pilotés par ordinateur, telles que l’impression 3D, la découpe au laser ou le routage automatisé (une fraiseur/une scie laser/une gouge robotisées agissent suivant un tracé 2D ou 3D, aussi complexe soit-il, prédéfini).

> Explorer le site de Nervous System pour mesurer l’ampleur de la “révolution” en cours

 

Enregistrer

anima