Au bord du cadre

 

Il faut bien avouer que le travail de veille sur la création animée n’est ni une partie de plaisir, ni un loisir !
Repérer, pour inventaire et valorisation, les œuvres et initiatives intéressantes pour leur singularité artistique, voire leur anticonformisme, relève de la nage à contre-courant.
Autrement dit, c’est vite fatigant et profondément ennuyeux.
Les rares sources d’informations sérieuses sont noyées dans un flot d’agrégats sans fin des mêmes actualités, accumulées sans point de vue éditorial autre que celui de l’exclusivité.
Ces médias ont le mérite d’exister ; ils contribuent d’ailleurs largement à développer “l’animaphilie” générale.
Néanmoins, l’horizon de ces “fanzines 2.0” se limite à une surface relativement uniformisée, dont les extrémités sont peu investies. Sur ces bordures, en contact avec d’autres modes d’expression, prolifèrent notamment la création dite “expérimentale”.
Irrationnellement, le mot fait peur. Il évoque la marge, l’outre-zone de confort alors qu’il est surtout synonyme de liberté.

Edge of Frame, le blog anglophone d’Edwyn Rostron, est l’un des rares à remplir la mission, que dis-je, le sacerdoce, de l’exploration enthousiaste de la création animée expérimentale.
Consultez-le ! Régulièrement. Mais pas tous les jours. Son auteur n’a sans doute pas que ce partage commercialement désintéressée comme activité dans sa vie.
Tiens, ça me rappelle quelque chose, mais quoi…

Depuis novembre, vous pouvez y découvrir , par exemple, l’œuvre protéiforme de l’artiste hollandais Johan Rijpma.
Nul doute qu’elle ne vous laissera pas indifférent(e)s.

 

Tegels (“carreaux” en français) de Johan Rijpma (2009)

 

 

anima