Dozens of Norths

 

Un film de Koji Yamamura
Titre original : 幾多の北 (Traduction française officielle : Pléthore de nords)
Année de sortie : 2021
Origine(s) : Japon, France

 

Où “y a-t-il être humain en coulisse ou seulement des marionnettes ?

 

 


Un avis à chaud
Le premier très très très long métrage d’une heure réalisé par Koji Yamamura est une suite de tableaux surréalistes, d’inspiration résolument mallarméennes, un ensemble non-narratif proche du cadavre exquis de pensées métaphysiques parfois totalement impénétrables. Néanmoins, pour peu que l’on se laisse happer par son esthétique (visuelle et sonore) singulière, cet objet hybride, entre illustration et dessins animés, constitue un voyage aussi fascinant que déroutant aux confins de l’imagination artistique.

 

Traduction des notes du réalisateur (cf. son site web)

“Le film d’animation Dozens of Norths est basé sur la série d’illustrations de couverture et de courts textes que j’ai réalisés dans 32 numéros du magazine littéraire mensuel “Bungaku-Kai” (publié par Bungeishunju) d’avril 2012 à décembre 2014. Dans ce travail, en fantasmant sur un film de fiction, j’ai pensé chaque couverture indépendante comme la scène d’une histoire plus grande et j’ai écrit un texte pour chaque illustration que j’ai conçue.
Ce film ne décrit pas les événements spécifiques, mais plutôt des personnes dont la vie est bloquée pour une raison quelconque. Le nord comme direction est une chose, mais dans ce film, j’ai mis le nord au pluriel. Le nord est omniprésent, il est à la fois un endroit géographique et le nord au-delà.
D’où viennent l’anxiété et la souffrance ? L’éthique chrétienne a donné de la valeur à la souffrance, la transformant d’un état passif en une expérience avec une signification spirituelle positive. Dans les pensées de Bouddha, il cherchait le karma comme origine des afflictions que les gens ne peuvent éviter, comme la maladie et la mort. Cependant, la confiance moderne dans la science rend ces significations religieuses de la souffrance moins réelles. Je veux comprendre la souffrance actuelle à travers mon acte de création. Et pour transmettre cet esprit avec plus de réalité à l’avenir, je tente de « mythifier » la souffrance moderne causée par les malheurs de l’existence.
Avec ce film, j’espère explorer la source invisible de l’anxiété et de la souffrance tout en décrivant l’absurdité et la tristesse de l’existence humaine, pour enfin donner aux gens un peu d’espoir pour le monde réel.”

 

anima