Encore d’autres illustrations animées

typical_hope

Je m’évertue depuis de nombreuses années à démontrer les rapports intimes entre l’art de l’illustration et celui du cinéma d’animation. Deux modes d’expression a priori différents par nature mais prédestinés à fusionner à terme, pour le meilleur et pour le pire.

Impossible donc de ne pas voir dans la prolifération d’illustrations animées – généralement sous forme de GIF – le point de convergence tant attendu.
Les animations en boucle de plus en plus élaborées n’appellent aucune narration, bien que la tentation soit grande d’y faire pénétrer le récit. Elles ouvrent au lecteur/spectateur un champ d’imaginaire infini, à l’instar d’une création visuelle figée, suffisamment bien composée et esthétiquement acceptable. Les mouvements perpétuels qu’elles imposent au regard abolissent toute temporalité contraignante, jusqu’à susciter hypnose, émerveillement éveillé, comique répétitif.

Pour bien mesurer le comble de cette tendance artistique, il est nécessaire de se rappeler le contexte dans lequel le format GIF animé a été créé. Au départ, l’Internet embryonnaire se contentait d’une iconographie hideuse, volontairement détériorée afin d’alléger le “poids” des fichiers et faciliter leur circulation. Le format d’optimisation d’image “GIF” (Graphics Interchange Format) devint alors le standard international pour tout ce qui n’était pas de la photographie et du texte codé. En d’autres termes, le symbole même du design low-cost.
Autant dire que le GIF revival, enclenché avec le pixel art et aujourd’hui traité avec les honneurs de Photoshop et After Effect (c’est-à-dire promu en limousine), ne va plus très longtemps aiguiser le scepticisme des historiens d’art. Je vous renvoie aux nombreux articles de ce blog consacrés de près ou de loin au sujet.
Et profitez-en pour ajouter à l’inventaire non-exhaustif des nouveaux maîtres de “l’animation perpétuelle” l’auteur encore anonyme qui se cache derrière le pseudonyme “Typical Hope”.

[à suivre]

> visitez le Tumblr de Typical Hope
> et pourquoi pas consulter le travail de l’illustrateur allemand Rafael Varona

anima

Laisser un commentaire