Je suis là

 

Un film ” coup de cœur Annecy 2020*” de Julia Orlik
Titre original : idem
Année de sortie : 2020
Origine(s) : Pologne

 

Où la banalité d’une agonie.

 

NB : Pour être tout à fait franc, j’ai vraiment détesté Mémorable, le court métrage de Bruno Collet. Cela ne l’a pas empêché, et c’est heureux, de connaître la carrière que l’on sait, jusqu’à manquer de peu l’Oscar.
Son côté démonstratif et lourdement surligné m’ont interdit la moindre empathie à l’égard de ses marionnettes censées figurer le drame de la dégénérescence.
Alors, forcément, en visionnant le film de fin d’études de Julia Orlik, d’une sobriété et d’une pudeur aussi exemplaires que parfaitement légitimées par son sujet, j’ai tout de suite pensé à tout ce qui n’était pas Mémorable.
La jeune réalisatrice polonaise se permet le film-plan, la non-animation, le hors-champ, les non-dits, pour dire avec une évidence désarmante l’indicible. Et quantité d’émotions transpirent de sa marionnette principale, quasiment impassible mais “incarnée” comme aucun acteur ne le pourra jamais.
J’aime passionnément le cinéma d’animation pour et par ce genre de film.

 

 

* J’entends par “coup de cœur” un film qui, dès le premier visionnage, voire dès ses premiers plans, m’apparaît immédiatement novateur, audacieux, créateur de perspectives nouvelles, en terme d’esthétique, de narration, de sensibilité artistique.

 

 

 

anima