Junk Head 1

junkhead1

Voici le premier segment de ce qui pourrait bien devenir à terme un long métrage de stop motion parmi les plus enthousiasmants depuis Fantastic Mr Fox (exception faite de Jasmine qui brille par autre chose que sa technique d’animation).

L’œuvre folle du japonais Hori Takahide (alias Yamiken), auto-produite avec un budget inversement proportionnel à son inventivité visuelle, aura mis quatre années à émerger. Bien que ces trente premières minutes particulièrement inspirées ne soient en rien démonstratives (elles transpirent au contraire l’abnégation passionnelle), elles fournissent au moins autant de raisons de se réjouir qu’un tel contrepoint à la débauche de moyens, érigée en dogme par l’obèse production nord-américaine, soit toujours possible au 2014.

Il faut à Yamiken l’équivalent de 80 000 euros pour financer la fabrication des 60 minutes restantes. Avec cette somme dérisoire*, il compte quitter son job (Junk Head 1 a été conçu sur son “temps libre” !) et consacrer deux années entières à la réalisation des deux tiers manquants.
Sans doute, l’éclairage qu’accordera dans quelques jours au film le festival de Clermont-Ferrand donnera un sérieux coup de pouce à la poursuite de cette production atypique.
Et si on s’y met tous, le cinéma de science-fiction artisanal pourrait même recouvrer ses lettres de noblesse perdues.
A vot’ bon cœur !
> visionner Junk Head 1 sur le site de Yamiken
> co-produire Junk Head 2 sur Indiegogo

anima

Laisser un commentaire