La jeune fille sans mains (ter)

jeune_fille_sansmains03

 

Vous ne pouvez plus l’ignorer, ce mercredi 14 décembre, le premier long métrage signé Sébastien Laudenbach sort au cinéma partout en France.
Depuis plusieurs semaines, les avant-premières se succèdent, comme ce soir (10/12/2016) au Forum des Images, dans le cadre du “Carrefour de l’animation”. Et cette stratégie de distribution semble d’ores et déjà payante. Le bouche-à-oreille fonctionne à plein régime et la belle surprise d’une communion – incertaine sur le papier – entre une œuvre anticonformiste et un très large public avide de renouveau et de création libre, n’est pas du tout exclue.
On notera d’ailleurs avec un poil d’ironie que l’énorme succès de La tortue rouge et de Ma vie de Courgette, unanimement encensés malgré ou grâce à leur facture très consensuelle, aura créé les conditions idéales d’une dynamique vertueuse qui devrait nettement profiter à la salutaire “anomalie” cinématographique qu’est La jeune fille sans mains.

Quoi qu’il en soit, cette adaptation audacieuse d’un conte méconnu des frères Grimm est de loin le long métrage d’animation le plus enthousiasmant de l’année écoulée. Car le rapport qu’il instaure avec l’intimité de chacun est sa principale force, sa grande prouesse. Le film parie sur l’intelligence du spectateur dans chaque plan, dans chaque respiration, dans chaque note, dans chaque silence.
Il est humble, intègre, métaphorique de bout en bout (de son modèle économique à ses dialogues) d’une “nouvelle vague”, sinon d’un “nouvel horizon” revigorant pour un cinéma d’animation contemporain affranchi des formats et des lissages, où le trait, le geste, l’imperfection, le non-dit, la vérité de l’art, reprendraient leurs droits. Rien de moins.

 

Après avoir découvert ce film, je vous invite à revenir consulter les liens suivants pour vous familiariser avec le travail de Sébastien Laudenbach.
La page Vimeo du cinéaste.
Parmi les films accessibles dans leur intégralité sur cette page, je vous recommande en particulier :
Journal (1997), son film de fin d’études à l’ENSAD. Tout y est déjà, en germes.
Vasco (2010). Simplement somptueux.
XI. La force (2013), film réalisé en résidence sous le label OUANIPO (OUvroir d’ANImation Potentielle).
> Préfiguration, sinon prototype, de La jeune fille sans mains et du procédé de “cryptokinographie” (improvisation graphique animée)
Enregistrement de la musique de XI. La force, par le guitariste et compositeur Olivier Mellano
> Préfiguration, sinon prototype, de la musique de La jeune fille sans mains

L’isle de Chiara Malta (2005)
> Sébastien Laudenbach au travail sur Des câlins dans la cuisine, filmé par son épouse.

Entretien avec Baptiste Sibony (“Chroniques du désert rouge”)
> Merci à Marie Paccou pour ce lien !

 

 

 

 

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

anima