Le garçon et la bête

garçon_bete

 

Long métrage de Mamoru Hosoda
Distribution/édition : Kaze
Durée : 230 mn

Cette “édition Prestige” propose de précieuses ressources sur l’animation japonaise contemporaine : making of du film (modalités de fabrication généralisables à la plupart des productions nippones), visite du studio Chizu (promotionnelle et néanmoins très instructive à qui sait l’observer attentivement), un livret richement illustré et documenté par un entretien avec le réalisateur.

 

Mamoru Hosoda s’est imposé en quatre longs métrages comme l’un des maîtres du film de dessins animés, au-delà des frontières de son pays. Sous couvert d’un apparent conformisme aux standards esthétiques en vigueur au Japon, le cinéaste s’est très vite singularisé par son exploration subtile de sujets intimistes et universels, avec un talent de conteur indéniable.
Épaulé par la scénariste Satoko Okudera, il abordait subtilement l’émancipation laborieuse de la femme et l’inéluctable régression du patriarcat au Japon dans La traversée du temps (2006), Summer Wars (2009), Les enfants-loups (2012). Scénariste de son dernier film et désormais pilier-porteur de son propre studio, il questionne dans le Garçon et la bête la figure du fils : orphelin, disciple, maître, puis fils retrouvé.
Les admirateurs de ses trois réalisations précédentes auront tôt fait de constater que son écriture personnelle ne parvient que laborieusement à trouver ses marques dans ce long métrage. La multiplication des registres hyper-codifiés (fantastique, romance juvénile, comédie, mélodrame, film de combat) qu’il entrecroise dans le Garçon et la bête l’a visiblement astreint à faire évoluer des personnages archétypaux assez monolithiques. Un visionnage unique ne permet pas de saisir les subtilités narratives, ainsi que la pertinence des questions posées à la paternité, étendue aux figures tutélaires rencontrées durant l’enfance et l’adolescence …
Trop confus, le récit est de surcroît très assagi par rapport à l’audace de celui des Enfants-loups.
Hosoda n’est pas encore Miyazaki…

 

En contrepoint – ceci expliquant cela – le niveau formel du film atteint des sommets.
La facture des paysages peints à la main est époustouflante. La “dream team” d’animateurs-en-chef débauchés pour l’occasion (Takeshi Koike, Toshiyuki Inoue, Takeshi Honda, entre autres responsables de l’acting formidable du film) est à elle seule un argument publicitaire de poids. Argument démonstratif auquel s’ajoute le casting de doublage (Aoi Miyazaki et Kôji Yakusho, en tête) en tous points remarquable. L’intégration des images de synthèse a le mérite d’être superbement maîtrisée, en particulier dans la création de reliefs immersifs permettant les mouvements complexes de caméra, et dans la gestion fine des comportements individuels présents au sein des foules.
Cependant, la grande force du cinéma de Hosoda réside surtout dans sa mise en scène, à la fois spectaculaire, rigoureusement composée, et étayée ici par un montage d’une efficacité dramatique rarement égalée dans ce type de production. On pense notamment à l’elliptique séquence du voyage initiatique, malicieusement segmentée et raccourcie au strict minimum tout en proposant quelques brèves secondes à l’écran des “cartes postales d’imaginaire” (ci-dessous) à l’impact visuel stupéfiant.
Les environnements urbains – le quartier tokyoïte de Shibuya et Jutengai, la ville fictive d’inspiration marocaine – sont traités de manière photoréaliste, voire anthropomorphique, c’est-à-dire comme de véritables personnages vivants, changeants, vieillissants. Un vrai bonheur que seuls les films de dessins animés japonais sont à même de nous offrir.

 

garçon_bete_voyage

Contenu du coffret “Prestige”
• 2 DVD : le film + making of / bonus
• livret illustré (mini-art book et entretien avec Hosoda)
• le roman écrit par Hosoda

garçon_bete_coffret_contenu

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

anima