Ligne d’horizon

javier_perez

A hauteur de regard que voit-on sur l’installation du plasticien espagnol Javier Pérez, intitulée “Linea de Horizonte” (2006) ?

L’alignement de 60 phases de la métamorphose d’un visage, de l’informelle masse fœtale aux contours adultes définitifs aux retours à l’informe. Sous cette “animation figée” sur un espace mural monochrome, des amoncellements de résine issus de l’érosion des blocs sculptés, résidus inversement représentatifs du degré d’achèvement de chacun des 60 masques mortuaires alignés. Plus la forme est petite et imprécise, plus le tas de déchets est important.

Tout en questionnant le concept tout à fait relatif de mortalité, cette œuvre entre en résonance avec les préoccupations les plus élémentaires du graphiste-animateur : la recherche permanente de l’universalité de la trace, entre illusion de la vérité et quête énergivore de l’épure.

> le site de Javier Pérez

anima

Laisser un commentaire