Sous-médiatisation du cinéma d’animation

mediatisation_animation

 

La médiocrité pathologique que les médias français manifestent dans leur traitement du cinéma d’animation entretient l’ignorance populaire en la matière. De cette inculture alimentée par des prescripteurs sortis du même moule (critiques complaisants ou journalistes fainéants, majoritairement parisiens), découlent plus ou moins directement l’insuccès des créations cinématographiques non-standardisées, le formatage d’une image biaisée et réductrice de la réalité vaste et diversifiée de l’animation et, par voie de conséquences, une laborieuse assimilation sociétale sous l’angle quasi-unique du consumérisme ciblé.

Dernier cas en date, le Hors-série du Canard Enchaîné, “Le cinéma pique sa crise” (pages 48 à 51) survole, sous couvert de satire politico-économique, une succession de lieux communs, une fois de plus focalisés sur la production de longs métrages conformistes, sur la fallacieuse “French Touch” et sur la bien-portance de l’exportation de séries tv, dont on ne soulignera jamais assez la complicité dans le ramollissement organisé des cerveaux prépubères, entre deux publicités pour l’agro-alimentaire.
Autrement dit, l’une des rares (sinon la seule) “synthèse” vulgarisatrice et critique de la production française d’animation industrielle publiée depuis des lustres dans le presse nationale*, indépendante de surcroît, se réduit par un pitoyable coup d’épée dans l’eau. Pas un mot sur le cartel anti-concurrence des gros studios américains qui impacte les “locomotives françaises”, rien sur la casse salariale dénoncée par les jeunes animateurs, rien sur le machisme généralisé de la profession, que dalle sur la démagogie, l’opportunisme et la bienpensance** qui prédominent dans les scénarios portés au grand écran, …

A toutes fins utiles, il existe désormais dans ce blog-ressource une étiquette (un tag), “Médias et animation” qui permet de filtrer tous les billets publiés depuis 2011 et directement ou indirectement dédiés au sujet.

canard_enchaine_HSjuil2016

Illustration d’en-tête ©  Vincent Sardon
Ci-dessus, dessin de Bouzard extrait du HS du Canard Enchaîné de juillet 2016

 

* Exception faite des rares médias dévoués à la cause que l’on compte sur les doigts d’une seule main.
** Ces symptômes n’ont fait l’objet à ce jour d’aucune étude critique en dépit de leur omniprésence quasi-systématique dans les scénarios de longs métrages d’animation.
Une telle étude aurait permis au journaliste du Canard Enchaîné d’argumenter, par exemple, l’échec commercial catastrophique de la superproduction
Pourquoi j’ai pas mangé mon père ? réalisée par Jamel Debouze et produite par le milliardaire Jérôme Seydoux (Pathé). En matière de démagogie, d’opportunisme et de bienpensance, le film bat des records.
> Le budget “officiel” de ce film avoisinerait les 32 millions d’euros. La presse économique, Écran Total en tête, évoque un budget “officieux” de près de 50 millions d’euros.
Entre la billetterie des salles (2,3 millions d’entrées) et les droits tv, les recettes arriveraient à peine à 12 millions d’euros.

NB : pour information, voici un ordre de grandeur des budgets (chiffres officiels) de quelques longs métrages d’animation produits par des français (sources : CNC)
• Arthur et la guerre des deux mondes
(2008) : 69 millions Record actuel !
• Arthur et la vengeance de Maltazard
(2008) : 63 millions
• Le Petit Prince
(2013) : 60 millions
• Pourquoi j’ai pas mangé mon père ?
(2012) : 32 millions
• La tortue rouge
(2016) : + de 10 millions (chiffres non-définitifs et donc approximatifs)
• Avril et le monde truqué
(2015) : 9,1 millions
• Les Triplettes de Belleville
(2003) : 8,5 millions
• Tout en haut du monde
(2015) : 6 millions env.
• Persépolis  (2007) : 6 millions env.
• La prophétie des grenouilles
(2001) : 5,3 millions
• Le tableau
(2011) : 4,8 millions
• Kirikou et la sorcière
(1998) : 3,8 millions

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

anima