Setting the scene

setting_thescene

The art and evolution of animation layout
(Évolution de l’art de la maquette de plan dans le film d’animation)
par Fraser MacLean
Chronicle Books LLC – 2010
260 pages
ISBN : 978-0-8118-6987-4 (couverture rigide)

 

L’art du layout a ceci de fascinant qu’il donne à voir bien plus que la planification de la mise en scène des films d’animation. Il dévoile l’essence du cinéma, son langage à l’état brut, fait de mouvements et de lumière imaginés, sa “grammaire” appliquée à la lettre ou détournée. Autant dire que l’étude de cette phase spécifique du processus de fabrication – principalement intégrée à la production de type “industrielle” (séries, longs métrages) – est probablement l’un des meilleurs moyens de comprendre les tenants et aboutissants de la construction d’espaces scéniques imaginaires pour le cinéma.

C’est dire si l’ouvrage de l’écossais Fraser MacLean vous est chaudement recommandé, que vous aspiriez à la réalisation ou non.
Bien qu’il se focalise sur la vision strictement hollywoodienne de la question, éludant l’Everest inventif que représente en terme de mise en scène l’animation japonaise (on pourra donc savourer en complément l’imposant catalogue de l’exposition des layout du Ghibli), “Setting the scene” offre un panorama richement illustrée de ce qui se fait de mieux dans ce domaine artisanal, en passe de numérisation intégrale. A cet égard, signalons le passage bien trop court consacré à Roy Naisbitt (The Thief and The Cobbler, Who Framed Roger Rabbit), en appelant de nos vœux les plus pressants – on peut toujours rêver – la publication d’un livre-hommage entièrement consacré à ce “fou de dessin” inégalé.

Comme beaucoup d’ouvrages essentiels à la compréhension de l’artisanat du film de dessins animés, ce livre n’a toujours pas été traduit en français.
Ceci expliquant peut-être cela…
A bon entendeur.

 

Sommaire commenté :

• Préface de Pete Docter

• Introduction: Hand-drawn cinematography
> Très courte entrée en matière

• Chapter one: Whant do you mean by ‘layout’?”
> Tentative de définition d’un processus spécifique à l’animation nord-américaine.

• Chapter two: From the page to the screen
> Histoire de l’invention du layout, vers une rationalisation de la mise en scène des films de dessins animés.

• Chapter three: A world on a piece of paper
> Vers des mises en scène plus complexes, l’invention de la “multiplane”.

• Chapter four: “How do you make a movie?”
> Ou comment les dessins animés absorbent le langage cinématographique.

• Chapter five: “I guess you have to draw that?”
The view from the shop floor
> Interview commentée de Charles Grosvenor, chef du département Layout chez Hanna-Barbera dans les années 80.

• Chapter six: Staging for business
> Évolution de la construction scénique dans le pipeline de production commerciale, de la 2D à la 3D

• Chapter seven: The story reel and beyond
Removing all the guesses

> Grâce aux outils numériques, l’écriture et la construction scénique avancent de concert.

• Chapter eight: Big beautiful sets
Previz and the growing world of digital coverage
> Les images de synthèse repoussent les limites du point de vue cinématographique, la sophistication des animatics aussi.

• Chapter nine : Riding the boom
Some thoughts about camera moves

> Perspectives improbables, mise en scène de la lumière, mises en scène immersives ou théâtralisées.

• Postface : Dumpsters and station wagons
> L’art en voie de disparition de la maquette de plan.

• Remerciements
• Glossaire (lexique technique)
• Liste des personnalités interviewées
• Bibliographie
• Crédits iconographiques
• Index

 

 

 

EPSON scanner image

Layout de Roy Naisbitt pour le décor de la Cité dorée du film The Thief and the Cobbler (Richard Williams, 1993)
Ce “brouillon”gigantesque de plusieurs mètres-carrés, qui a demandé six mois de travail à son auteur, fourmille de détails précis. Il témoigne à la fois de l’extraordinaire inventivité de Naisbitt et de sa maîtrise du dessin à perspectives multiples.
[Cliquez sur l’image pour l’agrandir]

 

 

anima