Vive le néo-précinéma !

 

Mais quelle salutaire bulle d’oxygène, à l’heure où la vague cataclysmique de l’IA générative s’apprête à dévaster tous les domaines de l’imagerie !
Quel pied-de-nez à la techno-croyance béate que cette mise en valeur d’œuvres spectaculaires, immersives parfois, et néanmoins faites à la main avec des moyens dérisoires !
Mais quelle excellente idée ludo-éducative pour les établissements de médiation culturelle français en mal d’offre originale à destination des publics blasés par les écrans !

Pour la deuxième année consécutive, les Rotondes – haut-lieu multiculturel de Luxembourg – propose un éclairage exceptionnel sur la création contemporaine basée sur les principes de l’animation pré-cinématographique. Dans le cadre de sa programmation annuelle dédiée aux nouvelles formes de récits, Fabula rasa, les Rotondes prolongeront, à partir du 19 janvier 2024, la formidable exposition Flip off (folioscopes/flip books en tous genre, phénakistiscopes et autres jouets d’optique aux noms barbares) en mettant cette fois à l’honneur le phonotrope.
Cet étonnant appareillage, qui détourne la fonction première de la bonne vieille platine vinyle, produit des œuvres hybridant l’illustration et le film d’animation, et, lorsqu’il est utilisé à des fins pédagogiques, ouvre des perspectives créatives d’une efficience redoutable.

L’exposition Turn On exhibera ainsi jusqu’au 11 février les créations de plusieurs artistes internationaux dont un disque phonotropique monumentale conçu par Marie Paccou (le travail en cours et la mise en situation, ci-dessous).
Il paraît même que les Rotondes seraient ravies de faire circuler leurs mécanismes ingénieux au-delà des frontières du Duché luxembourgeois…
A bon entendeur.

 

Et un “ombrellotrope” en prime

 

anima