“Welcome to making a movie!”

 

Le long métrage Across The SpiderVerse , réalisé par Joaquim Dos Santos, Kemp Powers et Justin K. Thompson est un carton plein.
Record de fréquentation, record de recettes et record d’utilisation de superlatifs du genre “c’est une tuerie” dans la bouche des spectateurs geeks, l’œuvre est, semble-t-il, une parfaite réussite cinématographique.
Il est donc utile de rappeler que derrière la vitrine éclatante de cette super-production étasunienne, apparaissent ostensiblement les signes de pratiques moins reluisantes, inhérentes au caractère profondément industriel, tendance stakhanovisme de la première heure, de la fabrication de tels blockbusters.
Le magazine en ligne Vulture publie le témoignage anonyme de quatre professionnels impliqués dans l’équipe du film qui a connu près d’une centaine de défections en partie dues aux méthodes managériales des producteurs-scénaristes-stars, Phil Lord et Christopher Miller.
Je recommande tout particulièrement cet article, traducteur en ligne à portée de copier/coller, aux apprentis et néo-professionnels qui envisagent une carrière dans l’industrie de l’animation, avec comme principales boussoles de références ce type de production hallucinogène.

 

 

 

 

anima